DES JEUX POUR LES DIEUX

Le visiteur d’Olympie découvre aujourd’hui ces pierres sorties des alluvions des fleuves Alphée et Cladéos qui avaient recouvert le site. Derrière l’arche, dernier vestige de la crypte menant les athlètes du sanctuaire au stade, se trouve la piste où se sont tournées tant de pages glorieuses.

Mais avant d’être un stade, Olympie était un sanctuaire, un des plus anciens de la Grèce antique. On dit qu’il fut consacré à Zeus, ce Dieu qui régnait sur le Mont Olympe, à partir de 1000 avant Jésus-Christ. Dans cette région éloignée de l’Elide, ce lieu sacré dédié à Zeus Olympios devint naturellement Olympie.

C’est donc le sanctuaire qui a accueilli les Jeux et non les Jeux qui ont accueilli le sanctuaire. Et si le premier stade arrivait au cœur de l’Altis au pied de l’autel de Zeus, les officiels d’Elis qui géraient le site ont séparé, au fil des Olympiades, le lieu sacré du stade.

A partir du 4e siècle avant Jésus-Christ, les athlètes devaient emprunter, avant d’en découdre sur la piste, cette crypte où ne subsiste aujourd’hui qu’une arche reconstruite.

MEMOIRES D’HECATOMBE

Avant les compétitions, bien sûr, tous les athlètes célébraient leurs Dieux par des sacrifices et des offrandes. Ils avaient bien sûr tous participé à la procession officielle et prêté serment sur les organes génitaux du sanglier. Ils participaient tous au milieu des Jeux à l’Hécatombe, ce sacrifice de cent bœufs qu’ils offraient à Zeus le jour de la pleine lune.

Ils ne manquaient pas non plus d’honorer les Dieux après les épreuves pour leur dédier leur victoire. Les actions de grâce, le banquet, les odes et même les statues que les vainqueurs feraient ériger ensuite sur l’Altis étaient avant tout des offrandes à Zeus. Il faut dire que souvent ils lui avaient demandé «  la couronne ou la mort ».

Mais dans cette religion polythéiste, Olympie et les athlètes honoraient d’autres divinités. Le premier temple construit sur le site fut dédié à Héra vers – 650, bien avant le temple de Zeus avec la célèbre statue chryséléphantine du Dieu qui ne fut achevé qu’au milieu du Ve siècle.

Ils honoraient aussi les héros locaux comme Pelops qui, selon la légende, avait été le premier à organiser des Jeux à Olympie (course à pied et course de chars) dès – 1450. Lui aussi avait son monument à Olympie : le Pelopion.

Et même les tricheurs comme Eupolis en - 388 devaient s’amender en faisant ériger des statues en l’honneur des Dieux. Dédiées à Zeus, elles s’appelaient les Zanes. Le visiteur à Olympie après avoir admiré les temples dédiés à Héra, Zeus ou Pelops, peut toujours en voir les socles devant l’arche qui mène du sanctuaire au stade d’Olympie (photo).

A Olympie, en – 776, les Grecs ont créé le Stade des Dieux.

Aujourd’hui, après 322 Jeux, on célèbre les Dieux du Stade.