- 328 (113e Jeux) Après le dolichos, la course vers Argos

AGEAS HEROS AU STADE, HERAUT HORS STADE



Après l’effort, le réconfort.

Cette devise vaut normalement pour tous, même pour les athlètes du dolichos, avides de récupérer à l’arrivée à grand renfort de massages bienfaisants et de bains réconfortants.

Mais  après l’effort, ça repart fort.

Telle fut, sans doute, la devise du champion du dolichos lors de la 113e olympiade. Son geste à l’arrivée de sa course victorieuse mérite de rester dans les annales du sport et dans la mémoire d’un olympisme effervescent.

Ageas d’Argos venait tout juste de remporter la course longue à Olympie (4800 mètres) qu’il décida aussitôt de reprendre les jambes à son cou.

C’est du moins ce que prétend la légende…

La suite de l'article sur le livre "Les Géants d'Olympie" aux éditions écrituriales ( 322 pages, 20 euros)
A commander d'un clic sur http://www.ecrituriales.com/catalogue/alain-cadu/

L'EPIQUE
- 328
AGEAS: L'échappée belle

REPERES

- 336 : début du règne d’Alexandre
- 330 : Entrée d’Alexandre à Babylone
- 323 : Mort d’Alexandre

LA COLONNE OLYMPIQUE

Le dolichos, parent pauvre des courses

Alors que la grande majorité des coureurs de stadion sont passés à la postérité, surtout grâce à l’olympiade à laquelle ils ont tous laissé leur nom, les coureurs de dolichos font figure d’oubliés : seuls dix-neuf d’entre eux sont connus aujourd’hui, dont une petite dizaine qui ont pourtant écrit quelques-unes des plus belles pages d’Olympie :

- 720 : AKHANTOS DE SPARTE, le 1er vainqueur
- 684 : PHANAS DE MESSENE
- 484 et - 480 : DROMEUS DE STYMPHALE
- 472 : ERGOTELE D’HIMERE
- 460 : LADAS D’ARGOS
- 384 et - 380 : SOTADES
- 328 : AGEAS D’ARGOS
- 100 : NIKOKLES D’AKRION
An 67 : POLITES DE CARIE

(tous à retrouver bientôt en ligne)

Des Jeux antiques au sport moderne

LES HERITIERS : Qui pourrait être l’Agéas moderne ?

Peut-être le navigateur Bernard MOITESSIER, poursuivant son tour du monde en solitaire à la voile en 1969 pour un paradis marin « au bout de lui-même » plutôt que de mettre le cap sur la ligne d’arrivée où il est attendu en vainqueur.

Pourquoi pas  Forrest GUMP, le héros du film de Robert Zemekis, poursuivant sa course folle hors du stade après avoir marqué pour son équipe universitaire le touch-down  de la victoire. Plus rien n’arrêtera alors sa course folle….

OU BIEN une autre idée à livrer en commentaire.

A vous de jouer...