An 25 (201e Jeux) : Le lâche du pancrace

SARAPION D'ALEXANDRIE : DE LA FUITE DANS LES IDEES



Alors que les Jeux antiques entament leur 201e édition sans avoir connu la moindre interruption, ce n’est ni la tricherie,  ni l’usurpation d’identité ni la subornation d’adversaires qui défraie la chronique lors des Jeux de l’an 25.

Ce qui va marquer cette olympiade et rester pour la postérité, c’est la couardise d’un des combattants. Pour l’histoire, il sera à jamais Sarapion le lâche. Il restera dans la saga olympique le seul athlète condamné à une lourde amende pour avoir fui le combat.

Les hellanodices n’ont pas eu besoin d’exclure Sarapion : il s’est exclu de lui-même.

La suite de l'article sur le livre "Les Géants d'Olympie" aux éditions écrituriales ( 322 pages, 20 euros)
A commander d'un clic sur http://www.ecrituriales.com/catalogue/alain-cadu/

L'EPIQUE
An 25
Sarapion le couard

           

REPERES

An 14 : Tibère empereur de Rome
An 23 : Naissance de Pline l’Ancien
An 26 : Ponce-Pilate procurateur de Judée
An 30 : Procès et mort de Jésus-Christ

LE TIRAGE AU SORT

C’est  à l’aide des lettres de l’alphabet inscrites sur des fèves ou sur des tessons de poterie que le tirage au sort désignait les paires de combattants.
Les deux alphas s’affrontaient, puis les deux betas, puis les deux gammas et les deux deltas.
Un nouveau tirage au sort entre les quatre vainqueurs fixait les deux demi-finales avant la grande finale.
Il n’y avait donc aucune protection pour les « têtes de série » et les deux meilleurs combattants pouvaient fort bien s’affronter dès le premier tour

CHRONO D’UNE ANNEE OLYMPIQUE


Printemps : Les hérauts sacrés partent annoncer les Jeux dans tout le monde grec qui va devoir respecter « la trêve sacrée ».
30 jours avant les Jeux : Arrivée obligatoire des athlètes à Elis pour sélection et entraînements sous la supervision des hellanodices.
Jour J -2 : Départ de la procession menant  les athlètes et les hellanodices d’Elis à Olympie par « la voie sacrée »
Jour 1 : Sacrifice aux Dieux sur l’Altis et prestation de serment

LA COURONNE OU LA MORT

La dérobade d’un athlète est rarissime. Elle va à l’encontre de l’esprit des combattants comme le prouve cette épigramme d’Agathos Daimon retrouvée aux environs d’Olympie :

« C’est ici qu’il est mort en boxant dans le stade après avoir demandé à Zeus la couronne ou la mort à l’âge de 35 ans. Adieu. »

 
http://hut.indosiar.com/