- 484 (74e Jeux) : PANCRACE ET ESTHETISME

AGIAS DE PHARSALE CELEBRE GRACE A SA STATUE



Pour entrer dans la gloire posthume, Agias le pancraciaste n’a bénéficié ni d’une ode de Pindare ni d’un récit de Pausanias dans son illustre « Histoire de la Grèce ».

Si le vainqueur du pancrace en - 484 entre dans la légende éternelle du sport olympique, il le doit à une statue qui trône aujourd’hui au musée de Delphes dans la salle dite « salle d’Agias ».  Remarquablement conservée aux côtés de celle de son frère Agélaos, champion de course aux Jeux Pythiques, la statue représente un géant nu remarquablement proportionné.

Plus qu’un portrait, il s’agit d’une figure idéalisée d’athlète, réplique en marbre d’un bronze consacré à Pharsale par son petit-fils Daochos II et réalisée vers - 340 par Lysippe de Sicyone, sculpteur attitré de Philippe II de Macédoine.


La suite de l'article sur le livre "Les Géants d'Olympie" aux éditions écrituriales ( 322 pages, 20 euros)
A commander d'un clic sur http://www.ecrituriales.com/catalogue/alain-cadu/

L'EPIQUE
- 480
Gravé dans le marbre

               

AGIAS LE PERIODONIKE :
14 titres aux Jeux sacrés

  • 1 titre à Olympie en - 484
  • 3 titres à Delphes
  • 5 titres à Némée
  • 5 titres à Isthmia
LES COURONNES  DE - 484
Stadion :
Astylos de Crotone
Diaulos :
Astylos de Crotone
Course en armes :
Mnaseas de Cyrene
Pentathlon :
Theopompos de Heraia
Pugilat :
Euthymos de Locres
Pugilat enfants :
Epikradis de Manteneia
Lutte :
Telemachos de Pharsale
Course de chars :
Polypeithes de Sparte
Dolichos :
Dromeus de Stymphale
Pancrace :
Agias de Pharsale

LE MUSEE DE DELPHES

La contribution du musée de Delphes aux Jeux n’est pas mince avec, outre la statue d’Agias, les statues archaïques de Cléobis et Biton ou encore le merveilleux
">aurige de Delphes.

               



 
http://hut.indosiar.com/