- 688 (23e Jeux) : POUR LE PUGILAT, UNE ENTREE FRACASSANTE

ONOMASTE REMPORTE LA COURONNE ET FIXE LES REGLES




Que tous ceux qui douteraient de la violence du pugilat prennent connaissance de ces deux écrits posthumes à propos des pugilistes Aulos et Andreolus.

 «Son crâne a été éparpillé à Olympie et quand il eut rassemblé les petits os un à un, le pugiliste Aulos te les a consacrés. Comme il ne l’a pas emporté non plus à Némée, ô vénéré Zeus, il t’offrira un sacrifice avec ses astragales. C’est tout ce qui reste de lui. »

Le jeu de massacre, pour Andreolus, est de la même veine :

«Moi, Andréolus, j’ai combattu vaillamment au pugilat dans tous les jeux grecs. A Pise, j’ai perdu une oreille, à Platée un œil et à Delphes, on m’emporta sans connaissance. »

La suite de l'article sur le livre "Les Géants d'Olympie", éditions écrituriales (332 pages, 20 euros)
Pour le commander d'un clic:
http://www.ecrituriales.com/catalogue/alain-cadu/

L'EPIQUE
-688
Onomaste vainqueur aux poings



LA COLONNE OLYMPIQUE

AU TEMPS D’HOMERE

« En ce temps-là, les athlètes étaient souples, adroits, astucieux, esthétiques et animés de grands sentiments. Les gants n’étaient qu’une protection.»

Récit du combat d’ Epeios contre Euryale

LES REGLES DU PUGILAT

Ω    Les combattants boxent nus.
Ω    Prises au corps, morsures et coups aux parties sexuelles sont défendus.
Ω    Pas de catégories de poids.
Ω    Durée du combat illimitée.
Ω    Signe d’abandon : le doigt levé.

SUR LES TABLETTES

Himantes : lanières en peau de bœuf mises autour des poings des pugilistes

Climax : fin de combat  au coucher du soleil pour désigner un vainqueur : les combattants  immobiles reçoivent à tour de rôle  les coups de leur adversaire.

Cestes : himantes plus coupantes utilisées à l’époque romaine.

LES GRANDES DATES

…D’ONOMASTE A MELANKOMAS

- 688 : Onomaste, premier vainqueur

- 560 : 4e victoire de Tissandros, un exploit jamais égalé en pugilat

- 520 : Victoire du légendaire Glaukos

- 484 : Mort d’Hippos pendant un combat aux Jeux

- 480 : Théagène remporte le pugilat
 avant de gagner le pancrace en - 476

An 49 : Victoire de Melankomas, le roi de l’esquive

 
http://hut.indosiar.com/