- 500 (70e Jeux) : L'APENE, 1er COURSE DE MULES ATTELEES

UN THERSIOS DE THESSALIE A LA TETE DE MULES



Thersios de Thessalie n’a pas aujourd’hui la popularité d’un Milon de Crotone, d’un Pantakles d’Athènes ou d’un Chionis de Sparte. Et, à vrai dire, ce n’est guère une surprise…

Et pourtant, comme eux, il a remporté une couronne d’olivier lors des Jeux et il figure sur les tables olympiques pieusement conservées dans le sanctuaire pendant des siècles…

Il n’a pas non plus la notoriété d’un Coroïbos d’Elis, d’un Hypenos de Pise ou d’un Orsippos de Mégare.

Et pourtant, comme ces trois champions, il a été le premier à s’imposer dans sa discipline olympique.

Contrairement à Pagondas de Thèbes, vainqueur de la première course de chars en - 680 ou à Phidolas de Corinthe, vainqueur de la première course hippique en -512, Thersios de Thassalie est le grand oublié de la notoriété posthume parmi les auteurs d’une « première » sur l’hippodrome d’Olympie.

La suite de l'article sur le livre "Les Géants d'Olympie", éditions écrituriales (332 pages, 20 euros)
Pour le commander d'un clic:
http://www.ecrituriales.com/catalogue/alain-cadu/

L'EPIQUE
-500
Les Jeux pour les mules


REPERES   - 500, cette année-là…

Jeux : Début de l’Olympiade Nikeas d’Opous

Athènes : réformes de Clisthène : stratèges et institution de l’ostracisme

Asie mineure : Milet mène la révolte contre les Perses

L’épreuve de l'apéné

- Les chars sont tirés par deux mules
- Le cocher est assis sur son char
 - Le nombre de tours à parcourir est de six, soit environ 6 kms
- Quinze éditions seulement, de - 500 à - 444 

Les vainqueurs connus

- 500 :     Thersios de Thessalie

- 480 :     Anaxilas de Rhégion

- 468 :     Agésias de Syracuse

- 456 :     Psaumis de Camarina

LE CIRQUE PINDARE

 «Voici venir Psaumis sur son char de triomphe. Le front ceint de l’olivier de Pise, il se hâte de retourner à Camarina, sa patrie, pour y recueillir une gloire éternelle. »

« Fille de l’océan, recevez avec joie cette palme dont Olympie vient de couronner le plus glorieux des triomphes et de sublimes vertus. Psaumis la dépose à vos pieds ; elle est la récompense des infatigables coursiers de son char. »

« Pise le vit se distinguer par son adresse à diriger un char, à faire voler ses mules et à guider un célès rapide »


Pindare, Olympiques IV et V
à propos de Psaumis, riche citoyen de Syracuse et dernier vainqueur connu

 
http://hut.indosiar.com/