- 464 (79e Jeux) : L'HEURE DE GLOIRE DU PUGILISTE DE RHODES

DIAGORAS ENTRE DANS LA LEGENDE



Dans l’histoire d’Olympie, Diagoras de Rhodes reste pour l’éternité le « périodonike », en aucun cas « le colosse ». Pourtant, cette dernière appellation qui fera merveille un peu tard sur l’île de Rhodes, aurait bien convenu au géant du pugilat. Ne mesurait-il pas «  quatre coudées et cinq doigts », ce qui correspond aujourd’hui à plus d’1 mètre 90.

Mais c’est le surnom de « periodonike » qui colle à sa légende. Et pourtant, Diagoras n’a été ni le premier ni le plus titré. Ce privilège revient au grand Milon de Crotone, champion en lutte à 31 reprises dans les quatre Jeux sacrés.

Avec ses huit titres aux Jeux Sacrés (un à Olympie, deux à Delphes, deux à Némée et trois à Isthmia), Diagoras mérite ce titre grâce à son grand chelem aux quatre grands Jeux.

La suite de l'article sur le livre "Les Géants d'Olympie" aux éditions écrituriales ( 322 pages, 20 euros)
A commander d'un clic sur http://www.ecrituriales.com/catalogue/alain-cadu/

L'EPIQUE
-464
Diagoras pour la beauté du geste


Son palmarès vu par Pindare

«Rhodes, puissante reine des mers et épouse du soleil, j’unirai ton éloge à celui de Diagoras en célébrant les trophées de cet invincible athlète que viennent d’ennoblir la palme du pugilat sur les bords de l’Alphée et celles qu’on décerne aux sources sacrées de Castalie.

(…) Deux fois Diagoras y a triomphé ; trois fois l’Isthme le vit vainqueur, et la forêt de Némée et la puissante Athènes l’ont aussi vu voler de triomphe en triomphe.

Le bouclier d’airain, récompense que donne Argos, les magnifiques ouvrages de l’art que décernent l’Arcadie et Thèbes, les combats fameux de la Béotie attestent sa valeur.

Six fois Egine et Pellène ont proclamé sa victoire et jamais le nom d’un athlète n’orna si souvent la colonne sur laquelle Mégare inscrit le nom des vainqueurs. »

Son palmarès décodé

•    1 titre à Olympie
•    2 titres à Delphes
•    3 titres à l’Isthme
•    2 titres à Némée

sans oublier de nombreuses autres victoires à Athènes, Argos, Thèbes, Egine, Pellène et Mégare

Pugilat et Mythologie

(le combat mythologique entre Pollux et Amycos décrit par Théocrite)

« Avec sa main gauche, Pollux frappa alors la bouche d’Amycos et lui fit craquer les dents.
Sous les coups redoublés, il lui abîma le visage jusqu’à ce que les joues fussent en lambeaux.
Amycos s’écroula à terre…et pour signifier qu’il renonçait à la lutte, il leva les deux mains à la fois car il était près de la mort.»