- 396 (96 e Jeux) : PREMIERE COURONNE FEMININE

CYNISCA VAINQUEUR PAR QUADRIGE INTERPOSE



L’aurige en bronze que l’on voit au musée de Delphes est pour le moins célèbre. Mais si la statue est célébrissime, l’aurige, lui, reste anonyme.

Comme tous les vainqueurs de course de chars, il n’a pas laissé son nom à la postérité. Sur les tables olympiques, le vainqueur n’est pas le conducteur de char, mais le propriétaire. C’est en fonction de ce principe que, pour la première fois dans l’antiquité, une femme se voit couronnée en - 396, lors des 96e Jeux.

Elle s’appelle Cynisca, ce qui signifie, selon les spécialistes, « jeune chien ». Elle est, surtout, la fille d’Archimados, roi de Sparte. Comme d’autres vainqueurs avant elle, il ne lui servait à rien de savoir conduire un char. Il lui suffisait simplement d’avoir  les moyens d’entretenir une écurie.

La suite de l'article sur le livre "Les Géants d'Olympie" aux éditions écrituriales ( 322 pages, 20 euros)
A commander d'un clic sur http://www.ecrituriales.com/catalogue/alain-cadu/


L'EPIQUE
-396
Cynisca, couronnée

REPERES HIPPIQUES

- 680 : Première course de chars
- 476 : Victoire deTheron
- 468 : Victoire de Hieron de Syracuse
- 392 : Seconde victoire de Cynisca
- 268 : Victoire de Bellistiche dans l’épreuve de biges

LA CHRONIQUE DE PAUSANIAS

« Archidamos avait aussi une fille nommée Cynisca qui eut l'ambition de concourir aux Jeux Olympiques ; elle est la première femme qui ait entretenu des chevaux pour la course des chars, et qui ait remporté des victoires à Olympie. Plusieurs autres femmes, surtout des Macédoniennes, obtinrent depuis des prix à Olympie, mais elle est la plus célèbre de toutes. »

EN MARGE : LE CIRQUE PINDARE

Deux hommages du poète aux vainqueurs des courses de chars. Qu’aurait-il dit de Cynisca ?

 Theron (¬- 476) : « Je célèbre Agrigente et l’illustre Théron, qui fait voler avec tant de succès dans la carrière olympique ses coursiers aux pieds légers et infatigables. »
 Psaumis (- 456) : « Recevez avec joie cette palme dont Olympie vient de couronner le plus glorieux des triomphes et de sublimes vertus. Psaumis la dépose à vos pieds ; elle est la récompense des infatigables coursiers de son char. »

LES COURSES DE L’HIPPODROME

Depuis - 680 : course de chars à quatre chevaux (quadrige)

Depuis - 648 : course de chevaux montés (céles)

Depuis - 500 : course de chars tirés par des mules (apene) puis par deux pouliches (biges)

De - 496 à - 444 : course de calpe (jument montée avec dernier tour en courant à côté de la jument)