- 332 (112e Jeux) : LA VICTOIRE RESTE AU PENTATHLETE TRICHEUR

L'AMENDE POUR ATHENES, LE TITRE POUR CALLIPOS



A Olympie, où l’hellanodice, le juge des Hellènes, a pour mission de fouetter les tricheurs, on ne badine pas le moins du monde avec le règlement et l’esprit du sport. Les dix juges des Jeux Olympiques sont tout puissants et leurs décisions irrévocables.

Ils manient le fouet, l’amende et l’exclusion comme un arbitre sort aujourd’hui les cartons jaune ou rouge. Mais, paradoxalement, quand l’amende pour tricherie a été payée, l’athlète condamné garde quand même pour la postérité le titre accordé.

Si, par contre, l’athlète ou sa cité refuse de s’exécuter, ils sont exclus des Jeux. Sans autre forme de procès !

L’ oracle de Delphes au secours d'Athènes

Il a fallu attendre près de quatre siècles pour que le premier cas de tricherie soit signalé. Le premier athlète à l’amende fut le pugiliste Eupolis de Thessalie en -388.

Un demi-siècle plus tard, c’est au tour de pentathlète Callipos d’Athènes de connaître le même sort pour avoir acheté sa victoire.


La suite de l'article sur le livre "Les Géants d'Olympie" aux éditions écrituriales ( 322 pages, 20 euros)
A commander d'un clic sur http://www.ecrituriales.com/catalogue/alain-cadu/

L'EPIQUE
-332
Callipos, la victoire en trichant

            

LA COLONNE OLYMPIQUE:
Les "Hellanodices" d'Olympie


Les hellanodices, les juges des hellènes, sont au nombre de 10 depuis - 348. Leur rôle d'arbitre est parfaitement défini:
  • Ce sont des hauts dignitaires d’Elis revêtus d’une tunique pourpre
  • Ils supervisent le mois d’entraînement des athlètes à Elis
  • Ils contrôlent l’âge et l’hellénisme des athlètes. Ils les qualifient selon leurs aptitudes physiques et leurs vertus morales
  • Ils mènent le cortège des athlètes d’ Elis à Olympie
  • Ils arbitrent les épreuves et leurs décisions ne souffrent aucune contestation
  • Ils infligent les sanctions : bastonnade, amendes et exclusion

LES  TRICHEURS CELEBRES

- 480 : THEAGENE mis à l’amende (deux talents) pour son forfait douteux au pancrace après sa victoire au pugilat.
- 420 : LICHAS bastonné pour usurpation d’identité
- 404 : CALLIPATEIRA démasquée et blâmée pour avoir voulu assister aux Jeux
- 388 : EUPOLIS condamné à faire ériger des zanes pour avoir acheté sa victoire auprès de ses adversaires
- 332 : CALLIPOS condamné à l’amende pour subornation d’adversaires
An 25 : SARAPION exclu des Jeux pour  lâcheté dans son refus de combattre
An 68 : NERON déchu post-mortem de ses 6 couronnes gagnées en  67 pour subornation des juges
An 93 : APPOLLONIUS bastonné et exclu pour avoir menti sur son retard aux Jeux Olympiques.

 
http://hut.indosiar.com/