- 292 (122e Jeux) : LA PASSE DE 10 DU TROMPETTISTE

HERODROS DE MEGARE, LE HERAUT ETERNEL



Depuis - 648, l’épreuve musicale existait à Olympie avec les joutes pour les hérauts et les trompettistes. Mais les lauréats n’étaient pas primés : leur récompense leur donnait simplement l’insigne honneur d’officier aux Jeux pour annoncer les épreuves et les vainqueurs.

Il fallut attendre - 396 et la 96e olympiade pour que les vainqueurs des concours de trompettes et de hérauts se voient octroyer, comme les athlètes, le kotinos, cette couronne d’olivier récompensant le vainqueur.

Le premier à se voir remettre une couronne pour avoir remporté l’épreuve  fut un certain Timaios d’Elis. Il n’a laissé que son nom à la postérité. L’histoire ne retient, pour cette discipline marginale mais essentielle pour le bon déroulement des Jeux, que le célèbre Heredoros de Megare, 10 fois vainqueur du concours de trompette.

La suite de l'article sur le livre "Les Géants d'Olympie" aux éditions écrituriales ( 322 pages, 20 euros)
A commander d'un clic sur http://www.ecrituriales.com/catalogue/alain-cadu/

L'EPIQUE
-292
Le trompette de la renommée


Repères

- 648 : Premier concours sans couronne
- 396 : Timaios, 1er vainqueur couronné
- 328 : Première victoire d’Herodoros
- 292 : La 10e couronne d’Herodoros

Un palmarès sans égal

- 10 victoires aux Jeux, un record qui tiendra jusqu’en - 152
-36 ans sans défaite aux joutes de trompette de - 328 à - 292
-champion toutes catégories des vainqueurs dans une seule discipline avec 10 couronnes devant Hipposthène et Milon (6)

Un gabarit hors-normes

Un colosse de «trois piques et demie » (environ deux mètres) et ses flancs étaient monstrueusement puissants. Il dormait à même le sol sur une peau de lion. Il mangeait six « choiniques » de pain (7 kilos), autant de viande et buvait deux « choes » de vin (6 litres)

Cité par Cléanthis Palleologos dans « Légendes d’Olympie »

Les sonneurs de trompette

Grâce à Herodoros de Mégare et ses 10 victoires, grâce à Diogène d’Ephèse et ses 5 couronnes, les sonneurs de trompettes, tout comme les hérauts, n’ont pas été les grands oubliés des tables olympiques.

- 396 : Timaios d’Elis
- 328 à - 292 : Herodoros de Mégare
- 24 à -16 : Démosthène de Milet
  69 à 85 : Diogène d’Ephèse
  217 : Sérapion d’Ephèse, dernier vainqueur connu

La victoire «oubliée »

La dixième victoire d’Hérodoros en -  292 n’apparaît pas sur les tables olympiques alors qu’elle est toujours citée par les historiens d’Olympie. Pourquoi n’a-t-elle pas été gravée dans la pierre ?
Mystère !

 
http://hut.indosiar.com/