LES JEUX DANS LE TEXTE



Homere

(v.- 809 - 724), auteur épique inspirateur de la légende des Jeux
«Il n’est pas de gloire plus grande pour un homme que de montrer la légèreté de ses pieds et la force de ses bras »

Pythagore

(v.- 570 - 500), mathématicien et « gourou » du sport.
« La vie peut être comparée à ces Jeux publics, car ici se trouvent des gens attirés par le gain, d’autres par les espoirs de renommée et de gloire. Mais il y en a aussi qui sont venus observer et comprendre tout ce qui se passe ici. »

Xenophane de Colophon

(VIe siècle), un des premiers moralistes grecs
« Il n’est pas juste de préférer la force physique aux avantages de l’esprit »
Fragments, Athénée X, 413

Eschyle

(- 525 - 456), premier tragédien grec
« Allez, enfants des Grecs, délivrez la patrie, délivrez vos enfants et vos femmes, les sanctuaires des Dieux de vos pères et les tombeaux de vos aïeux : c’est la lutte suprême ! »
Les Perses en - 472

(-555 - 464), le premier poète « mercenaire » auteur de cette hommage à Astylos
« Qui donc, parmi les présents, a récolte autant de pétales, de myrtes et de couronnes de roses grâce à ses victoires aux Jeux »

Pindare

(- 521 - 441), auteur d’odes olympiques et autres épinicies, hagiographe des puissants.
« Zeus, honore d’un hymne le vainqueur olympique et l’homme vaillant par ses poings. »
« Héraklès institua ce concours de force physique, d’émulation de richesse et de déploiement de l’intelligence dans le plus beau des lieux de la Grèce »
Discours olympique 1-2

Isocrate

(- 436-338), orateur attique
« C’est à juste titre que sont loués les fondateurs des grandes réjouissances pour nous avoir livré une telle coutume, qui nous conduit à taire les haines qui nous séparent et à faire des trêves et la paix entre nous, ainsi qu’à nous rassembler ainsi en un seul lieu. »

xenophon

(- 430 - 355), historien « socratique »
« La force du corps vieillit, mais la force de l’esprit ne vieillit pas »

Platon

(- 428 - 347), philosophe surnommé « épaules carrées » et pancraciaste confirmé
« L’éducation utile a deux aspects : elle doit s’occuper du corps par la gymnastique et doit se préoccuper de former l’âme par la musique »

Diogene

(- 407 - 323), philosophe cynique
« (le coureur le plus rapide de Grèce) n’est pas plus rapide qu’un lapin ou un cerf ; et ces derniers, les plus vifs des animaux, sont aussi les plus poltrons. »

Aristote

(- 382 - 322), philosophe
« Le pentathlète est le plus parfait de tous parce qu’il a reçu de la nature la force, la vitesse, l’adresse et le courage. » rhet 1361 B

Plutarque

(46 - 125), historien, philosophe, biographe
« Des villes sans sanctuaires et sans dieux, il n’en existe aucune, ni même d’hommes pour en voir »

Epictete

(v. 50 -v .125), ancien esclave devenu philosophe stoïque :
« Tu veux l’emporter aux Jeux Olympiques. Moi aussi, je voudrais bien, par Zeus. Car c’est une belle chose. » Manuel, XXIX

Lucien de Samosate

( v. 120 – v. 200), satiriste admirateur des Jeux :
« Il faudrait que tu te trouves au milieu du public à observer la bravoure et la beauté de ces hommes, Olympie nous a offert les plus célèbres de tous les Jeux leur condition physique extraordinaire, leur efficacité et leur force invincible, leur esprit d’initiative et de compétition, leur vaillance indomptable et leur soif inextinguible de victoire »

Baccylide de Keos

( -510- 440), rival de Pindare dans la flagornerie considéré comme l’un des plus grands poètes lyriques
« Ceos nourricière de vignes a été chantée à Olympie par les vainqueurs au pugilat et à la course, des jeunes gens à la chevelure luxuriante de couronnes. »

Sophocle

(- 495 - 405), poète tragique
« Il n’est donné qu’aux Dieux de ne point vieillir et de ne jamais mourir, et tout le reste est dompté par le temps. La vigueur de la terre s’épuise comme celle du corps. »

Oedipe à Colone

Euripide

(v.-480 - 406), dramaturge satirique
« Un homme a bien lutté ou a couru vite ou frappé habilement une mâchoire et il a reçu une couronne…Quel service a t’il rendu à sa patrie ? »

Hérodote

v.- 480 – 425), le père de l’Histoire
« Les oreilles sont de moins bons témoins que les yeux »

Socrate

(- 469 - 399), philosophe amoureux du sport et des sportifs
« Une vie qui ne se met pas à l’épreuve ne mérite pas d’être vécue »
(cité par Platon dans « l’Apologie »)

Thucydide

(- 459 - 398), historien
« Les premiers à s’entraîner nus ont été les Spartiates. Ils enlevèrent leurs vêtements en public et se frottèrent le corps avec de l’huile quand ils avaient fini. »

Aristophane

(- 445 - 385), le satiriste caustique auteur des Nuées
« Tu passeras tes loisirs au gymnase (…), tu auras toujours la poitrine robuste, le teint clair, les épaules carrées, la langue courte, les fesses grosses et le sexe petit. »

Lysias

(v.- 440 - 380), l’orateur

« Héraklès institua ce concours de force physique, d’émulation de richesse et de déploiement de l’intelligence dans le plus beau des lieux de la Grèce »

Pierre de COUBERTIN

(1863- 1937), rénovateur des Jeux
« Le monde ne savait plus qu’il y avait eu les Grecs. »

Costis PALAMAS en 1896, auteur de l’hymne olympique :
« Immortel génie de l’Antiquité, brille dans l’élan de ces nobles Jeux »

L’évêque de PENNSYLVANIE

en 1908 lors de son sermon aux athlètes :
« L’important c’est moins de gagner que de participer » (citation attribuée à tort à Coubertin)

Les archivistes des Jeux



Ve siècle :

Hippias d’Elis rédige la première liste des vainqueurs
IVe siècle : Aristote la révise et la complète avant la disparition de ce document

IIIe siècle :

Eratosthene propose une nouvelle liste de vainqueurs complétée par le règlement des épreuves

Ensuite :

Phlegon de Tralles complète la liste en y ajoutant la cité d’origine des vainqueurs.

IIIe siècle après JC :

Sextus Julius Africanus établit une liste qui va jusqu’à la 249e Olympiade